Partagez| .

Il m'a fait sentir vivante avant de me tuer. | Améthyste De HauteVille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Bad girl, with a heart of shit

Messages : 20
Emploi/loisirs : Et mon regard s'illuminait chaque fois que je le voyais.
Niveau coeur ? : Le crépuscule arrivait, mes pensées se brouillaient. Déjà il hantait mon esprit et les souvenirs volontairement oubliés émergeaient. Sa peau contre la mienne, la douceur de ses baisers, les confessions chuchotés tard dans la nuit, son regard perçant et son magnifique sourire. Le sursis que je m'accordais brisait ma promesse, je m'autorisais à penser à lui. Folle, folie. Il ne le fallait pas, j'en étais pleinement consciente. L'amour que je lui portais, dissimulé tel un secret, n'avait cesse de revenir dès lors que je m'affaissais. Et quand enfin les bras de Morphée m'emmenaient, je rêvais que notre amour n'eut jamais de fin. Je rêvais de misère traversé avec lui, de guerre durant lesquelles il m'aurait protégé et enfin de son genou à terre et de ses yeux me suppliant d'accepter la bague à deux sous qu'il m'offrait en symbole de son amour. Son amour aussi sincère que confus, aussi passionné qu'explosif et un jour aussi troublant qu'inexistant. Cet amour destructeur et désordonné qui avait semé le chaos dans ma vie mais surtout dans mon cœur.

MessageSujet: Il m'a fait sentir vivante avant de me tuer. | Améthyste De HauteVille Lun 5 Déc - 18:16


   

   

   
   
Rare de voir un être humain, être humain.
Améthyste de Hauteville
Qui suis-je ?

    Salut toi, moi c'est Améthyste de Hauteville et il y a 173 ans j'ai embelli le monde en arrivant à lieu de naissance, le 7 janvier 1843. Je suis hétéro et ce jusqu'à nouvel ordre et si tu veux tout savoir, je suis célibataire mais amoureuse. Petite anecdote : il paraît que je ressemble à Selena Gomez . Oh et avant que j'oublie : ceux qui font partie du groupe hérétique  sont les plus beaux.

   En ce qui concerne mon groupe je fais partie des Inventées. Je viens de The Vampire Diaries où on me connaît sous le nom de Bad girl, with a heart of shit. Depuis la chute du Tardis j'occupe actuellement la ville de Nouvelle Orléan .  

   

   


    Un jour, promis, je m'excuserai.

    La haine détruit dites-vous ? Vous n'avez jamais aimé je présume. Aimé à en devenir folle, aimé à en foutre sa vie en l'air. L'amour ? Non, ça ne détruit pas. D'abord ça rend vivant, une putain d'impression de bien-être, découvrir enfin ce qu'est le bonheur, croire que les histoires d'amour qui finissent mal n'arrivent qu'aux autres. Pas à vous. Non, parce que vous, vous êtes deux. Vous vous croyez invincible. L'amour rend fort ? Jolie connerie. L'amour c'est une faiblesse. L'amour c'est de la merde. L'amour sa creuse notre tombe. L'amour m'a rendu folle. Il m'a rendu sale. Il m'a rendu dingue. Redoutable.

Un jour il est parti. C'est là que tout a commencé, l'enfant devenu femme. Le chaton devenu lionne. Transformation subite, défaut de fabrication. Cœur fermé, un seul ennemi à éliminer: les hommes. La sagesse en personne devient une salope. Une garce sans cœur. La cause ? Ce putain d'amour.

L'amour m'a tué, la haine m'a maintenu en vie.



   


    Le carnet rouge.

   

Les vieux souvenirs reviennent, ma gorge me paraît tout à coup sèche, mes muscles se crispent. Ma paume de main vient effleurer le vieux carnet recouvert d'une pellicule grise: de la poussière. Depuis quand n'ai-je pas osé ressortir mon journal ? D'un coup de main, je retire toute la poussière, mon index vient caresser les lettres d'ors inscrits sur la couverture rouge vif. "Améthyste". Les couleurs sont resté intactes, ma mère me l'avait offert à mon douzième anniversaire. À l'époque je ne savais pas encore la signification qu'il aurait pour moi. Je ne savais même pas que je serais encore en vie. Et bien loin d’imaginer que je serais... comme ça. Cette femme détestée par tant de monde, cette peste envier par bien des femmes et désirée par des hommes. Rouge vif. Peut-être que ma mère savait. Cette couleur, si tranchante, si expressive. Le rouge, le sang. Le meurtre, la mort. Moi. Aujourd'hui je regrette tout, aujourd'hui je veux tout recommencer, mais demain je tenterais d'oublier en offrant mon corps à mon futur repas. Épuisante routine. Un cercle vicieux, un putain cercle qui depuis bien trop d'années me tient au piège. Je reprends ma respiration, inspire, expire, ce ne sont que de vieux souvenirs, je ne vais pas en mourir, puisque j'en suis déjà morte. J'ouvre le carnet, mes yeux parcourent furtivement la page recouverte d'une écriture grossière.

"Cher journal,

Aujourd'hui j'ai 12 ans, maman m'a offert ce journal parce qu'elle dit que les souvenirs sont importants. Elle dit aussi qu'il n'y a que les écrits qui restent, le reste s'envole. Alors je vais écrire tous les mois, à partir d'aujourd'hui !"



Je tourne les pages,

"Cher journal,

Je n'ai pas écouté maman, je n'ai pas écrit, les détails commencent à partir, elle avait raison. Alors je vais écrire, jusqu'à la fin de ma vie, je me le promets. Je suppose que je dois me présenter:

Je m'appelle Améthyste De Hauteville, je suis née en janvier 1843 à la Nouvelle-Orléans. Aimée et Basile, mes parents, étaient comblés de bonheur à ce qu'ils nous ont dit. Oui, nous, ce jour-là ma sœur aussi est née, Rubis. Nos visages n'avaient pas plus de similarités que deux bébés inconnues, nous étions pourtant des jumelles,  mais notre physique que peu ressemblant indiquait que nous n'en étions pas des "vrais". J'ai toujours détesté ce terme, qu'est-ce que cela signifiait ? Nous étions seulement des sœurs sans aucun lien particulier ? Non. Elle et moi c'est spécial, nous sommes des jumelles, de vraie jumelle. J'ai une petite sœur, Iris, elle a deux ans de moins que moi. Je viens d'avoir 14 ans, ma vie est sans grand intérêt. Elle est plate, rien ne se passe, enfin ce n'est pas comme si je faisais des efforts pour en changer. J'apprécie, ma vie simplette, sans grand rebondissement. Mes parents sont extrêmement fiers de moi, mes notes et mon comportement sont exemplaires. Mes professeurs disent que si je n'étais pas une fille j'aurais pu faire de grande, chose, mais je suis persuadé que je ferais de grandes choses, justement parce que je suis une fille."


Je regrette de ne pas avoir poursuivi mes rêves, j'y croyais tellement.

"Cher journal,

Je déteste ma mère.
Je déteste mon père.

Ils n'ont pas le droit de faire de ma vie un enfer.
De faire de moi un monstre.

Je viens seulement d'avoir 15 ans, je suis encore une gamine. Ma vie vient tout juste de commencer qu’elle est déjà souillée. Ces temps si j'avais remarqué, quelques anomalies dans mon quotidien. J'en avais fait part à mes parents, ils se contenter de me dire à moi et mes sœurs, qu'ils n'étaient pas tout à fait normaux. Hilarant ! Ma mère une sorcière, mon père un chasseur. Rien de plus normal après tout ! Un si petit détail se devait bien évidemment d'être dévoilé après 15 longues années d'existence ! Je suis une créature de Satan, à cause de mes parents, Rubis aussi d'ailleurs. Le bucher nous attend déjà, l'odeur de cramer gonfle mes poumons. Notre fin est proche. Quant à ma petite sœur, c'est une chasseuse de créature. Elle devrait me chasser, parce qu'au final, j'en suis une."


Au final, est-ce que j'aime vraiment être une sorcière ? Non. Ma vie est une putain d'illusion. Un mensonge auquel je crois.

"Cher journal,

C'EST MON ANNIVERSAIRE ! J'ai 17 ans ! Cette journée était parfaite ! EDWARD m'a embrassé !! C'était si beau, si magique. Je crois c'est lui, mon grand amour, celui avec qui je vais vieillir, celui qui prendra ma virginité. Je ne veux que lui, je veux sentir ses baisers dans mon cou, entendre sa voix me dire je t'aime. Je veux qu'il me désire comme je le désire, et que seul mon prénom sorte de sa bouche. Je veux qu'il m'aime comme je l'aime."


Trop bête, trop conne.

"Cher journal,

- 22 ans -

Aujourd'hui tout a changé, rien ne sera comme avant, je le sais. Rubis a pris la décision de devenir une hérétique, mi-vampire, mi-sorcière. Un mélange monstrueux qui lui offrira l'éternité. Je déteste être une sorcière, je déteste ne pas être normale. Mais l'éternité, ça fait tellement rêver. Je m'en veux d'y croire, d'hésiter. Si je fais le choix de devenir une hérétique je pourrais vivre un amour éternel avec Edward. Je pourrais l'aimer pour toujours. Mais je me nourrirais de sang, et si un jour je tuais quelqu'un ? Et si je n'arrivais pas à contrôler ma soif ? Je deviendrais une meurtrière et jamais je ne pourrais vivre avec ça. Et puis, comment annoncer à Edward l'existence du monde surnaturel ? Non. Je ne vivrais pas une éternité entière. Je ne laisserais pas ma petite sœur seule, je vivrais avec elle. Et Rubis vivra avec nous jusqu'à notre fin."


Une meurtrière, un peu folle. Voilà ce que je suis devenus.

"Cher journal,

JE SUIS ENCEINTE ! Nos sang mélangé en un seul être, notre tout. Il m'a fait un enfant, nous serions bientôt une famille ! Je suis si heureuse !
Mais je suis terriblement effrayé, cette nouvelle ne réjouira pas mes parents, puisque notre union n'a pas été célébré. Nous ne sommes pas marier. "


"Cher journal,

Rubis, m'a dit que nous ferions un sort pour Iris, elle vivrait l'éternité avec nous. Elle m'a dit que si Edward n'acceptait pas ma nature de sorcière c'est qu'il ne m'aimait pas. Et qu'elle préférait mourir plutôt que de vivre une éternité sans moi. Je lui ai dit que je le ferais, pour elle. Je deviendrais hérétique.
Ce matin je suis allé voir Edward et je lui ai tout dit, je lui ai tout raconté. Et il m'a cru, il a accepté. Je l'aime. Et il me suivra dans mon éternité, je ferais de lui un vampire, et pour toujours notre amour régnera. Il a posé son genou à terre et m'a offert une bague. NOUS ALLONS NOUS MARIER !
Quant à ma petite sœur, après mûre réflexion elle a accepté, tout était bon. Après mon accouchement j'irais à la rencontre de cette prénommée Lily, et je deviendrais une buveuse e sang, pour le meilleur, non pas le pire."


Je tourne les pages, quand une feuille tombe sur le sol. La lettre. Je ne suis pas prête à la relire, je crois je ne le serais jamais. Ce bout de papier: l’élément déclencheur de ma triste chute.

"Cher journal,

Trop débile, trop naïve. Comment j'ai pu me faire avoir ? L'amour ! Une belle connerie de merde. Cette lettre d'adieux, c'est ça l'amour ? C'est ça les rêves qu'il m'avait promis ? Notre enfant est mourant et lui il est parti. Tout m'échappe, je me retrouve seule. Il m'a abandonné, notre mariage n'aura jamais lieu. Si ma fille meurt, je ne m'en remettrais pas, y a plus qu'elle. Si elle meurt avec qui partagerait l’éternité ? Elle doit rester. C'est mon bébé. Le sang de vampire, n'a aucun effet sur son état, je n'arrive plus à rien depuis qu'il est parti. Je le hais tellement. Si Laelia meurt, je le retrouverais et je le tuerais. Je le saignerais. Ma haine est si forte, si pour me soulager je dois devenir une meurtrière je le ferais. Mon pieux dans son cœur."


D'un revers de main, j'essuyais mes joues humides.

"Nous sommes le 25 décembre, elle est morte."


Ce jour-là j'ai perdu ma fille, mon unique enfant. Je crois c'est ça qui m'a achevé. Les deux amours de ma vie sont partis à 2 semaines d'intervalle.

" Et si ma vie n'était qu'un cauchemar ? Un foutu cauchemar.
Hier un homme est venue me voir, je ne le connaissais pas. Il m'a fait l'amour, puis je l'ai tué. Et j'ai aimé ça. Peut-être que je devrais recommencer. Au final, les hommes sont tous des chiens. Il ne mérite que la mort. Alors, oui, je recommencerais encore, encore et encore.
Je ne vois plus mes sœurs, ni les hérétiques. Le solide s’installe dans ma routine de dépression, je ne survivrais pas une éternité dans ces circonstances."


Survivre, voilà à quoi se résume mon histoire.

"Je meurs, lentement, j'étais partis avec mes sœurs pour dire adieux aux hérétiques et me voilà aujourd'hui dans une prison temporelle, ma vie n'est que misère. Ici, je ne peux tuer personne il ne me reste que le sexe. Nathaniel. Je sais que c'est mauvais, je crois que ma sœur y est attachée, mais je me raccroche à lui, il est mes nuits. Bientôt je mettrais un terme à notre liaison mais pour l'instant je profite, il ne me reste plus que ça. Ma petite sœur, c'est retrouvée coincé avec une bande de suceurs de sang, je la cache, je la protège, elle me nourrit. Cet enfer ne pourra pas durer toujours, puis après tout il ne suffit que d'un pieux dans mon cœur pour mettre fin à tout ça."

Ce jour-là j'aurais dû mettre fin à mes jours, tout aurait été plus simple.

"Kai Parker. Notre nouveau garde mangé, je crois je l'aime vraiment bien, il est spécial."

Il aura été le seul homme que j'ai réellement aimé après Edward. Mon meilleur ami.

"Le monde a bien changé, toutes ces nouvelles technologies. Tous ces hommes. Un buffet à volonté. Kai nous à délivré, et depuis plus aucune nouvelle, j'ai entendu dire qu'il était parti faire le tour du monde, j'aurais tant aimé qu'il m’emmène. Enfin, bon.
Je ne vois que rarement Iris, elle a changé. Rubis, elle, est resté la même. Nous résidons dans notre beau manoir à la Nouvelle-Orléans. Je me demande si Edward est encore en vie, si oui, je ne lui souhaite pas de tomber sur moi. Le temps à filer mais ma haine est resté intacte, pour ne pas dire accru. Une nouvelle vie s'offre à moi, et je compte en profiter."


Ce sont mes derniers écrits. Alors je me munis de ma plume,

" Chère journal,

Ça faisait bien longtemps que je n'avais pas utilisé cette expression de gamine rêveuse. Elle m'avait un peu manqué.

Ma vie ne me convient plus, les cadavres d'hommes s'entassent, les ennemis aussi, ainsi que les garces .

Un vide creuse ma poitrine, ma vie n'a plus aucun sens. Les hommes, le sexe, la mort. Une putain routine qui m’étouffe. Et puis je crois qu'après tous ce temps, je l'aime encore. Je crois que je fonce tout droit dans un mur et qu'il est temps pour moi de changer. De mettre fin aux sourires plastiques et de devenir une gentille fille. De retrouver mon identité perdue."

   
Derrière l'écran, c'est qui ?
Salut ! T'es un petit curieux, je sais, tu veux tout savoir sur moi. Alors, moi c'est Clemm (oui encore moi) et j'ai 14 ans. Je viens du monde des licornes. Je suis dispo 2/7 pour RP. Et la question à un million, comment j'ai connu le forum ? Grâce à mon petit doigts.
   

   
Revenir en haut Aller en bas

Il m'a fait sentir vivante avant de me tuer. | Améthyste De HauteVille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quand le besoin se fait sentir [Syrius]
» Lorsque la solitude se fait sentir.. [+16]
» Quand le linge se fait sentir [LIBRE][Terminé]
» Quand j'ai aucune idée de titre ~ [Vi, en fait je poste avant d'avoir finis, peur de tout perdre x'D]
» [P.E.S] La Précognition, ou savoir des événements avant qu'ils ne se produisent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Secret Of MysticFalls  :: Univers des personnages :: Les inventés-